Biographie du groupe Bon Jovi

Nous vous proposons un long historique sur le groupe. Vous trouverez sur le site de RTL une excellente émission qui raconte la biographie avec des extraits d’interviews des musiciens et des chansons : Saga Bon Jovi.

Historique de 1962 à 2007

– COPIE INTERDITE –

JON BON JOVI (John Frank Bongiovi) est né le 2 mars 1962 à Perth Amboy, (ville proche de New-York). Son père originaire d’Italie est coiffeur dans le New Jersey. Sa mère Carol Sharuey, de Pensylvanie, est d’abord secrétaire dans une entreprise, puis danseuse “petit lapin Play Boy” dans un club. Carol a toujours essayé d’inculquer la musique à Jon, en lui chantant des chansons pendant sa grossesse, et à sept ans déjà, elle lui offre sa première guitare acoustique qu’il casse en quelques jours. Carol ne lâche pas prise. Quelques années plus tard, elle demande à un voisin de donner des leçons de guitare à Jon. Il accepte, mais au bout de quelques mois, il a une conversation avec le jeune apprenti afin de lui expliquer qu’il n’a pas du tout les qualités nécessaires pour jouer de cet instrument. Le professeur lui donne malgré toute une dernière chance. Jon doit apprendre le classique ” House of the rising sun ” en une semaine, sinon, le mieux à faire c’est d’abandonner. Cet ultimatum ébranle Jon, et avec l’aide de sa mère, il s’entraîne et passe l’examen avec succès. A partir de ce jour, la relation professeur – élève change, et les progrès de Jon sont rapides.

Quand Jon a quatre ans, la famille s’agrandit avec Anthony. Ils partent vivre à Sayreville, New Jersey, et c’est là qu’il passe la totalité de sa vie scolaire, à l’école primaire Harry S. Truman. Pour ses amis, c’est un garçon timide, mais un véritable tombeur. A cette époque, Jon est de plus en plus axé sur sa guitare, où chaque note l’incite à composer ses propres morceaux. Aussi, Il pense qu’il a besoin d’un groupe pour que ses idées prennent forme. Son premier groupe s’appelle ” Starz “. Cette première tentative est un échec. Mais, Jon reste convaincu que son avenir passera par la musique, contre l’avis de son père. Les goûts musicaux de Jon s’élargissent de plus en plus. Il écoute des gens comme ” Thin Lizzy “, “Aerosmith”, et même “Bob Dylan”. Mais sa plus grande influence vient sans doute de son héros local, “Bruce Springsteen”.

1978 : Jon entre à la Sayreville High School, où il rencontre sa première “petite amie”, Adrian Pillar. Ils restent ensemble près de trois ans. “On avait l’habitude de passer des heures au téléphone sans presque rien se dire. Il s’asseyait et chantait en jouant de la guitare”. C’est sûrement à cette époque que Jon s’intéresse sérieusement au chant, en prenant des cours et en entrant dans la chorale du concert de Noël.

Au fil des jours, Jon rencontre de nouveaux amis comme Willy Hercek. Ensemble, ils montent un groupe appelé Atlantic City Expressway (A.C.E.) (la première tentative sérieuse de Jon). A.C.E. est composé de dix musiciens, dont quatre trompettes, et un clavier qui l’accompagne encore actuellement, et répond au nom de Dave Bryan Rashbaum (né le 7 février 1962 à Edison, New Jersey). Dave a commencé le piano très jeune. Son premier groupe s’appelait Transition, et jouait des versions de Led Zeppelin et Deep Purple. Tous deux ont 17 ans. En entrant dans une vie de musicien, Jon se trouve confronté au problème suivant : il continue naturellement ses études, et le fait de terminer les concerts à l’aube, et de devoir se lever tôt pour aller à l’école, sont deux choses difficilement compatibles. De la même manière, il ne dispose pas de temps libre pour pratiquer ses activités extra – scolaires, comme le théâtre auquel il s’était inscrit, ce qui provoque son détachement progressif de tout cela. Cette décision entraîne la rupture de sa relation avec Adrian, sa fiancée. Mais, il ne lui faut pas attendre très longtemps avant qu’il ne remarque une autre jeune fille : Dorothea Hurley, son épouse à l’heure actuelle.

Malgré tous les problèmes, Jon a les idées très claires, il veut être une star du rock, à n’importe quel prix. Les concerts de A.C.E. se multiplient sur la côte Est. Ce qui compte le plus est de jouer n’importe où, et coûte que coûte. Peu à peu, le répertoire s’élargit, non seulement avec des reprises, mais aussi avec certaines compositions de Jon.

Au fur et à mesure que la popularité du groupe augmente, un certain nombre de problèmes surgissent et provoque la dissolution définitive. Aussi, Bryan s’inscrit à la Juillard School Of Music, et Jon infatigable, rentre dans le groupe ” New Wave ” appelé “the Rest”, une formation fondée par Jack Ponti, guitariste et compositeur. Mais pour être correctement accepté par le groupe Jon doit changer son image et se laisser pousser les cheveux.

En un rien de temps, The Rest a acquis un certain prestige sur la scène du rock, en dépassant même le succès obtenu par A.C.E.. Les concerts sont très nombreux, citons Freehold Raceway de New jersey devant 20000 personnes. Toutefois, le contrat tant attendu avec une maison de disques n’est toujours pas d’actualité.

Encore une fois, de nouvelles disputes éclatent dans le groupe, entre Jon et Jack Ponti, qui débouchent sur l’expulsion de Jon. Quelques mois plus tard, The Rest cesse de fonctionner en tant que tel.

Pour Jon, aucun des projets dans lesquels il s’embarque donne des résultats. Mais, en dépit de cela et sous la pression de ses parents, il commence à faire des petits boulots comme vendeur, laveur de voiture, etc… Qui lui permet d’avoir un climat familial suffisamment tranquille.

1980, Peut se définir comme l’année essentielle dans le parcours musical de Jon. Après une réunion de famille, ses parents décident qu’il va travailler avec un de ses cousins lointain appelé Tony Bongiovi. Celui-ci est ingénieur d’enregistrement professionnel ainsi que producteur, dans son studio, le power Station de New-York, (Aerosmith, Ozzy Osbourne, etc..). Jon a déjà eu antérieurement un contact avec son cousin, lorsque celui-ci est venu voir un des concerts de The Rest. Ce concert n’attira pas l’attention de Tony, qui qualifia le groupe de nul, sachant que des années plus tard, il admet avoir pensé que Jon irait loin.

Jon est dans un premier temps l’homme à tout faire (messager, ménage, …) des Power Studios. Ces tâches ne correspondent pas vraiment aux prétentions de Jon, mais d’une certaine manière, il est introduit dans le milieu et il peut observer librement de grands artistes de la taille de Mike Jagger ou Little Steven. Voir comment ils enregistrent leurs disques, ou tout simplement, connaître leurs facettes en dehors de la scène. Il se souvient de cette époque : ” Chaque jour était une surprise. Bruce Springteen ou Mike Jagger pouvaient débarquer, et moi, j’étais là avec eux. Ils étaient à deux mètres alors qu’avant, je les prenais pour des mythes inaccessibles “.Jon débute en touchant la modique somme de 52 dollars, évolue rapidement à 152 dollars, mais le meilleur est qu’il apprend à composer comme une authentique vedette du rock, et bien évidemment, qu’il profite des possibilités que le cousin Tony lui offre afin de triompher dans la musique. Toutes ces expériences encouragent la progression de Jon.

Après avoir consulté son associé Bob Walters au sujet du futur de Jon, Tony décide d’y mettre le paquet et de faire de Jon une véritable star du rock. Ses ” tuteurs ” commencent par lui payer des cours de chant et soigner son image, dans les moindres détails. Jon choisit de déménager dans un appartement situé à proximité du studio. Le projet commence à prendre tournure. Jon profite de ses heures de loisir pour fabriquer ses propres ” démo ” avec ses amis. Ces réunions débouchent sur un groupe appelé ” The Lechers “. Les Power Studios conservent encore actuellement ces enregistrements. Le groupe ne met pas longtemps à se séparer, mais Jon cherche aussitôt à réunir de nouveaux musiciens pour un projet dénommé The Wild Ones. Le nom de Dave Bryan, fatigué par ses études à Juillard, apparaît à nouveau dans cette formation. Dave est convaincu de son talent. Une multitude d’enregistrements de The Wild Ones sont réalisés, supervisés par Tony Bongiovi, mais aucun ne lui semble intéressant, exception faite de ” Runaway “, une des mélodies composées par Jon. Tony travaille la chanson, en la ré-enregistrant tout d’abord, avec la collaboration de Roy Biltan, le pianiste de Springsteen. Tony commence à faire jouer les ficelles et présente son cousin Jon comme ” Johnny B “, avec une cassette incluant une excellente version de ” Runaway ” ainsi que trois morceaux originaux, qu’il adresse à toutes les compagnies de disques de la côte Est, en l’accompagnant d’un bon dossier de photos.

Les ” Johnny B ” ont plusieurs fois l’occasion de présenter leurs morceaux en direct, comme au Ritz de New-York, qui fut d’ailleurs un échec. Les refus du public sont constants, et le moral de Jon descend en flèche. Il envisage même de laisser tomber la musique pour se consacrer au cinéma. Mais Tony est toujours là, pour épauler son cousin.

Jon est complètement désespéré, mais son désir de triompher est si intense qu’il part pour Los Angeles avec Dave Bryan, pratiquement sans un sou et avec des cartes d’identités falsifiées. Leur séjour à Los Angeles est vraiment triste, ils logent dans un vieil hôtel, et survivent à base de café et d’un mélange de vin rouge et vin blanc baptisé “Bon Jovi rose”. Et si l’on ajoute à cela les refus fréquents des compagnies, Jon et Dave se trouvent dans une situation dramatique.

Mais tout n’est pas négatif durant leur passage à Los Angeles. Ils rencontrent une fille de Backstreets Records, une maison indépendante, qui ne cesse d’accompagner nos deux musiciens, à tous leurs rendez-vous de présentation chez les disquaires ou des maisons de disques.

Pendant ce temps à New York, Ray Wichard, un ancien assistant ingénieur au Power Station en constante relation avec Jon en tant que manager, donne la cassette à une station de radio locale de Long Island, en vue du concours ” Rock to Riches The Wapp “. Ray eu un coup de coeur pour la cassette et il est persuadé qu’elle va plaire: ” Jon avait la démo la meilleure, question son “. Ce qui devait arriver arriva, la cassette est acceptée pour la sélection, et Jon, rapidement averti, n’hésite pas une seconde et saute dans le premier vol pour New-York. Après plusieurs sélections, Jon remporte le concours avec le thème ” Runaway “, qui sort sur un disque compilation, dans tous les palmarès des radios de la chaîne Doubleday, appartenant à la centrale Wapp. Jon enregistre avec une foule d’invités : Tim Pierce, Roy Bittan, Frankie La Rocka et Hugh Mc Donald.

En quelques semaines, les chansons de Jon deviennent célèbres au niveau national, et les contrats des maisons de disques, n’ayant pour la plupart même pas daigné écouter leur cassette, commencèrent à pleuvoir. Jon décroche enfin le contrat tant attendu en signant chez Polygram, le 1er juillet 1983. L’aventure BON JOVI peut enfin commencer.

Dans un premier temps, il faut d’abord trouver un groupe solide. Aussi, Alec Jon Such, né le 14 novembre 1955 à Pert Amboy, est sollicité. C’est un musicien avec une solide expérience dans des groupes comme Phamtom of the Opéra. Il a même fait partie de la tournée de Joe Cocker.

Victor ” Tico ” Torres entre ensuite au sein du groupe. Il est né le 7 octobre 1953 à Cuba. Il est essentiellement un musicien de studio, qui a joué avec Miles Davis et, en direct, avec Marvelettes et Chuck Berry.

Aussi, il ne manque plus que le guitariste du groupe. Alec et Tico invitent un jeune guitariste à un concert de Jon, Richard Stephen Sambora, né le 11 juillet 1959 à Wood Brilge.Richie qui est déjà un musicien reconnu. Il a fait parti de Mercy, puis il a collaboré avec Duke William et The Extremes, pour intégrer Message, un peu plus tard.

La première rencontre de Jon et Richie, ne fut pas franchement bonne. Lors des présentations, Richie ne fait pas une très bonne impression, mais, après quelques minutes d’interprétation, il est évident que Richie Sambora sera le guitariste de Bon Jovi. Il remplacera donc Dave ” the Snake ” Sabo, ami de longue date de Jon qui formera Skid Row plus tard toujours avec l’aide de Jon.

Enfin, Jon a obtenu ce qu’il cherche depuis si longtemps, d’une part un contrat avec une maison de disque, et d’autre part un groupe stable.

Les représentations de Bon Jovi sont de plus en plus fréquentes, et le groupe devient célèbre, sans pour autant avoir enregistré leur premier 33 tours.

De toute évidence, il y a encore pas mal de points qui ne sont pas clairs dans le contrat signé avec Polygram. Premièrement la compagnie de disques veut mettre son grain de sel dans le choix du nom du groupe. Il y a plusieurs options : The Victory, ou Johnny Lightning. Le label a également l’intention que Jon vire Alec du groupe. Finalement le nom de ” BON JOVI ” est choisi, et sachant que depuis le début, Jon insiste sur le fait que ce nom soit celui d’un groupe, et même d’une véritable famille.

Pendant ce temps, le groupe prend de l’assurance grâce à son expérience en direct. Il faut remarquer ici la tournée avec ZZ Top et leur concert au Madison square Garden à New-York. Ils profitent de tous les temps morts de la tournée pour travailler à l’enregistrement de leur premier album. Ce premier album est enregistré au Power Station et commercialisé début 1984. Le disque comporte une version remixée de ” Runaway ” ainsi que d’autres succès comme ” Breakout ” et ” Roulette “. Le disque s’appelle ” Bon Jovi, ” bien que le titre premier soit ” Tough talk “. Il est fait d’un rock dynamique, avec des passages plus tranquilles, d’une grande beauté comme ” She don’t Know Me “.

Ce premier travail donna encore plus de succès au groupe, même s’ils récoltent aussi de nombreuses critiques, surtout du point de vue de l’image peut-être un des sujets de lutte constante de ce garçon de New Jersey. ” Runaway ” parvient à entrer au Top 400, et la popularité du groupe augmente démesurément, ce qui se traduit immédiatement par un nombre impressionnant de galas, ainsi que la possibilité de jouer en première partie de groupes tels que Scorpions durant quatre mois.

Il est également possible que l’un des facteurs du succès de Bon Jovi repose sur le fait qu’aux Etats-Unis, les fans de Hard Rock recherchent un succès à des groupes comme Journey, ou Foreigner, avec une personnalité clairement définie.

En Angleterre, les ventes restent malgré tout assez faibles, même si Bon Jovi est déjà considéré comme un groupe d’avenir qui peut faire beaucoup parler de lui. Cette même année, Bon Jovi réalise son premier voyage en Angleterre. Ils jouent avec Kiss, le groupe New-Yorkais légendaire, en première partie d’une tournée des plus importantes qui les conduit au Wembley Arena. Leurs concerts, y compris en solitaire et avec beaucoup moins de moyen, surprennent le public Britannique, surtout par rapport à la mise en scène. Cette première rentrée en terres anglaises ne fait que conforter leur réputation naissante et jette de solides bases pour les visites à venir.

La tournée de 1984 rapporte de nombreuses satisfactions aux membres du groupe. Ils obtiennent le disque d’or aux U.S.A. et grimpe au poste 43 dans les hits parades. La promotion du groupe passe par des vidéo-clip. Le premier est ” Runaway “, dont Jon n’a d’ailleurs jamais été d’accord avec le tournage : ” C’était le plus gros tas d’ordure que j’aie jamais vu “, selon lui, il en fut pratiquement de même pour ” Only the Lonely “, avec un budget de 90000 $. Il faut reconnaître que les vidéos ne reflètent pas l’esprit du groupe.

Bon Jovi se fait connaître auprès d’un immense public avec la participation au concert de Farm Aid 1. Durant seulement huit minutes, près de 83 000 personnes ont le plaisir de voir le groupe interpréter un morceau spécialement composé pour l’occasion, ” Heart of America “, dans le but de transmettre le fameux message positif de “Let’s Pull Together And Beast This Problem “, en jouant aux côtés de Willie Nelson, Chris Cristoferson, et bien d’autres. ” C’était comme si ces fantastiques musiciens m’avaient enfin accepté, je me sentais comme l’un d’entre eux “, déclare Jon à la suite de son rôle dans cette oeuvre de charité historique.

Suite à la tournée de 1984, le groupe décide d’enregistrer un second album. En mai 1985, ” 7800° Fahrenheit ” (température d’un volcan en éruption) est disponible dans les bacs. En quelques semaines, il obtient un disque d’or. L’album contient des chansons comme ” In and Out of love “, ” Tokyo Road “, ” Only Lonely “.Le disque laisse découvrir des sons plus mûrs, les paroles racontent des histoires de rue, des courses de voiture, des flirts, etc.

Malgré l’étonnante richesse musicale de l’album, il manque une touche pour obtenir le véritable triomphe : le look ! Jon en trouve un à la fois agressif et raffiné qui en font un groupe unique. Les espoirs de succès pour ce deuxième album sont énormes, mais les choses ne se passent pas comme prévu. Ceci ne provoque aucun type de problème au sein du groupe, bien au contraire, ils unissent leur force et décident de se sortir de ce petit imprévu avec davantage de force et d’enthousiasme.

En parallèle, la famille de Jon est de plus en plus présente au sein du groupe : son frère Anthony Michael dessine le logo type du groupe et son père commence à travailler leur image. La tournée de promotion de ” 7800° Fahrenheit ” leur permet de revenir en Angleterre. A Londres, ils font un concert au Dominion Theatre, à guichet fermé, qui révèle l’impressionnant enthousiasme du public.

En 1985, Bon Jovi a l’occasion de jouer au Monsters of Rock, devant 50.000 personnes, et sur une affiche réunissant ZZ Top, Marillon, Metallica, Ratt et Magnum. Bon Jovi donne une impression très favorable, d’autant plus qu’ils sont les premiers à faire participer le public.

Jon Bon Jovi ne perd pas son temps, et en profite dès qu’il le peut pour applaudir dxautres jeunes groupes. C’est ainsi qu’il parraine des formations comme : Cinderella, Skid Row. A ce moment de la carrière de Bon Jovi, nous avons un groupe avec deux disques d’or , des tas de concerts dans le monde entier, de nombreux hits singles et un certain respect de la part de la critique mondiale. Le moment est venu de préparer le nouvel album, le troisième, et sans doute le plus difficile en raison de la responsabilité qu’il entraîne. Aussi, Jon a les idées parfaitement claires, il faut changer de producteur et adapter sa musique aux tendances musicales actuelles.

Bruce Fairbain, un canadien connu pour ses travaux avec Loverboy, Krokus, Aerosmith …, est le producteur choisit. Ainsi, le groupe s’installe dans le studio ” Little Mountain ” de Vancouver, pour travailler. D’autre part, l’équipe des compositeurs se complète avec des gens comme Paul Stanley de Kiss, ainsi que d’un personnage de luxe, Desmond Child, ayant collaboré avec des groupes du gabarit d’Aerosmith, Alice Cooper, Bonfire.

Cette nouvelle collaboration porte ses fruits pour des thèmes comme ” You Give Love a Bad Name ” et ” Livin’ On a Prayer “, des compositions signées Jon, Richie et Desmond. On remarque également des titres comme ” Raise Your Hands ” vraiment puissants.

” Slippery when wet ” sort sur le marché en septembre 1986. La tournée commence le 16 juillet au Canada (avec Judas Priest) et les conduit au Japon, et en Europe où le groupe se produit au cours de Monsters of Rock Allemand. L’événement le plus décisif de cette tournée est l’apparition de Bon Jovi comme tête d’affiche du festival de Castle Donington, aux côtés de Dio, Metallica, Antrax, Wasp, et Cinderella, le 22 août 1987.

La plupart de ces chansons entrent immédiatement dans les hits-parades (où elles s’accrochèrent durant plus d’un an et demi), et en quelques semaines, elles arrivent à la première place. En Europe, tout fonctionne comme sur des roulettes. L’Angleterre les accepte définitivement comme un puissant groupe de Rock, au même niveau que ceux qui dominent les hits de l’époque, Bryan Adams et Foreigner. Les concerts de cette tournée sont réglés comme du papier à musique : chaque soir, le rituel se met en marche. David Bryan se place derrière les projecteurs pour commencer à organiser les sons du système P.A. de ses claviers, et le morceau ” Pink Flamingoes ” s’ouvre par un bruit de vagues. Doucement, le son change et l’atmosphère glisse vers ” Raise Your Hands “. Le reste du groupe (Richie, Alec, et Tico) se joint à lui dans un hymne au rock traditionnel. Soudain, c’est l’enfer qui éclate… Des bombes de lumière se mettent à exploser, le public hurle ensorcelé et, Jon Bon Jovi apparaît à la cime des escaliers. On sent parfois comme une vague d’hystérie autour de lui, et soudain, il se précipite vers le micro, en balayant tout sur son passage avec son énergie et son pouvoir de séduction. A chaque nouveau concert, c’est un autre public qui est conquis.

L’album arrive en 45e position sur les listes du Billboard, résiste au top Five durant 38 semaines, et plus de 46 au Top Ten. En Octobre 1986, l’album devient numéro 1 aux Etats-Unis, et le single ” You give Love a Bad Name ” passe aux premières places de tous les hits.

Les choses ne peuvent pas aller mieux. C’est le temps des limousines, des jets privés et de tous les caprices que l’argent permet. La vie privée est pratiquement impossible, les médias se trouvent partout. Mais rien ne semble perturber le groupe. En dépit de leur époustouflante activité, et au lieu de profiter de sa célébrité, de son argent, et de s’entourer de créatures de rêve, Jon profite de ses jours de repos pour enregistrer des idées en studio. En définitive, on peut qualifier Jon Bon Jovi de travailleur forcené, et infatigable au sein du monde de la musique, si difficile et complexe.

Bon Jovi se trouve alors au Top de sa forme et de sa carrière, la preuve en étant les plus de 15 millions de disques vendus de ” Slippery When Wet ” dans le monde entier, dont 10 aux U.S.A. Ce sont également 10 disques de platine qu’ils reçoivent au Canada, cinq en Australie, deux en Angleterre, et un disque d’or en Allemagne, Italie, Espagne, Finlande, Suède et Japon.

Le triomphe de Bon Jovi permet aussi à d’autres groupes de Rock un plus grand rayonnement de leur musique, comme Cinderella , Europe ou Guns N’Roses. En un an de tournée uniquement interrompue par des galas de remises de prix. Ainsi, MTV les élut meilleur groupe de l’année en direct et qu’ils reçoivent un American Award en tant que tel. Dorénavant, ” Slippery When Wet ” occupe une place d’honneur dans l’histoire du Hard Rock. En 1988, Jon Bon Jovi, Richie Sambora et Desmond Child se mettent à nouveau en marche pour composer les morceaux de leur prochain 33 tours. La pression est grande. Ils doivent dépasser les ventes de leur disque précédent. ” Je me faisais du souci quand nous étions en train de le composer, surtout au début. Sincèrement, j’avais peur “, affirme Jon. Une fois de plus, Bruce Fairbain prend place derrière la table de mixage des Little Mountain studios. Le nouvel album s’intitule ” New Jersey ” et il est enregistré aux mois de mai et juillet 1988. Il est mis en vente au mois d’Août de la même année. Dans un premier temps, l’album allait s’appeler ” Sons of Beaches “, mais on choisit finalement la deuxième option, “New Jersey”. Pour ce disque, ils ont préparé plus de vingt chansons. L’idée de les sortir sur un double 33 tours n’est pas du tout écartée, jusqu’à ce que la compagnie fasse les comptes et voit que les frais de projet sont trop important

Afin de choisir les morceaux qui figureraient sur l’album, l’on utilise le même système que pour le dernier. Ils sont d’abord enregistrés sur des maquettes qui circulèrent dans toute la ville, dans le but d’en connaître l’opinion. Ensuite, l’on enregistre les morceaux en studio et l’on répète le sondage. Des opinions très diverses apparaissent, et des morceaux comme ” Bad Medecine ” ou ” Born to be my Baby ” sont les plus votés, y compris des morceaux que Jon hésite à inclure dans l’album reçoivent un accueil très favorable. C’est le cas de ” Wild is the Wind “, une chanson qui comporte la collaboration de Diane Warren, et de ” Stick to your guns “, composée avec l’aide de Holly Knight. Le titre ” Love Is War ” est écarté mais figurera en face B, notamment, de la version japonaise du single ” Livin’ In Sin “.

Le groupe au complet est d’accord pour que ce nouveau travail ne soit pas la continuité de ” Slippery When Wet “. Ils tiennent à montrer au public leur évolution. L’une des chansons favorites de Jon apparait dans cet album est ” Blood on Blood “. ” Cette chanson parle de ce qu’a signifié grandir pour moi. J’avais deux copains, Danny et Bobby ; on sortaient toujours ensemble et on se fourrait dans des problèmes, on volait, et on buvait de la bière. Je n’avais alors que douze ans. On était comme des millions de gosses de tout le pays. Par la suite, j’ai commencé à penser à Danny et Bobby, que je n’ai pas revu depuis des années, et c’est ainsi qu’a surgi la chanson ” Blood on Blood “. Ca signifie vraiment quelque chose de particulier pour moi, car c’est comme une page de mon passé “. Jon Bon Jovi, Hit Parade 89.

La tournée de ” New Jersey ” débute fin 88, avec Lita Ford en première partie. Elle va durer quatorze mois. En Europe ils font deux concerts, et en Allemagne on les aperçoit dans des festivals aux côtés d’Alice Cooper, Great White, et Dan Reed Network . En 89, cette tournée leur permet de jouer devant 4 millions de personnes. Cette tournée est plus importante que la précédente et leur donne la possibilité de participer à des festivals d’une grande magnitude. L’un des meilleurs concerts de la tournée est celui de Milton Keynes, avec Bon Jovi en tête d’affiche suivi de Skid Row, Vixen et Europe.

Il est vrai que dans des concerts de cette envergure, tout comme celui de Donington, les Bon Jovi ne démontrent pas tout ce qu’ils sont capables de faire sur scène, et le montage américain ne débarque pas en Europe, non pas que ce soit pour des raisons d’espace. Durant ce concert, Jon jouit d’une voix splendide et d’une bonne image, mais on sent dans l’atmosphère qu’il est là par obligation, étant donné qu’ils ont fait des spectacles bien supérieurs à celui-ci. Ils ne jouent que 90 minutes, alors qu’aux U.S.A. ils ont l’habitude de tout boucler en plus de deux heures. Ils ne jouent pas certains morceaux essentiels comme ” Born to be my baby “, ” I’ll be there for you “, ainsi qu’une version ballade du thème ” Livin on a prayer “. Le concert s’ouvre avec ” Lay your hands on me “, pour aborder ensuite les titres de l’album ” Slippery when wet “, avant de passer à l’album ” New Jersey ” dans des morceaux comme “Livin in sin ” et une fantastique interprétation de ” Blood on blood “. ” Runaway ” n’a pas su manquer à la fête qui se referme sur un rappel de ” Wanted Dead or Alive “, en partie en version acoustique, ainsi que du morceau légendaire de Thin Lizzy, “Boys are in town “.

Le concert de Moscow Music Peace Festival, célébré les 12 et 13 Août 1989, fait déjà partie de l’histoire. Il se déroule dans le stade Lenine, et remplit les 140 000 places disponibles. L’événement est retransmit par télévision et radio à travers le monde entier. Il y a plus de 600 journalistes appartenant à des chaînes et des journaux de toute la planète. MTV posséde l’exclusivité des droits de retransmission aux Etas-Unis. Aux côtés de Bon Jovi, on trouve Skid Row, Cinderella, Ozzy Osbourne, Mötley Crüe, Scorpions, Gorky park et d’autres groupes russes n’ayant pas grand chose à voir avec le rock, comme Nuance et Brigades.

Mais ce concert a certains traits de distinction par rapport aux autres, en plus de ce message d’échange culturel Est-Ouest, il y a d’autres aspects que nous allons dévoiler. Doc Mc Ghee, le manager de Bon Jovi, se charge de la plupart de l’organisation, dans laquelle il se vit toujours plus impliqué. Stas Mamin s’occupe de la promotion locale et de toute la coordination du festival depuis la partie russe. A cette époque, Stas est chanteur soliste, et dans l’actualité, il est propriétaire du Stas Mamin Music center. C’est le personnage qui découvre les Gorky Park et d’autres groupes soviétiques. A force de travail acharné, il décroche ce qui était impensable, comme l’autorisation de donner une conférence de presse au milieu de la piste d’atterrissage de l’aéroport de Moscou, un événement unique.

Quant à la question de l’infrastructure sonore ainsi que du catering, les groupes ne sont pas très sûrs que les russes soient capables d’affronter le défi, et ils apportent leurs propres techniciens du son depuis l’ouest. 55 Trailers prennent la route depuis le Royaume-Uni, pour arriver en Union Soviétique quelques jours avant le festival. La caravane transporte, de plus, six générateurs et cinq gigantesques réfrigérateurs avec 75 tonnes d’aliments. Doc passe en justice en janvier 1988, pour une accusation d’importation de drogue remontant à 1982. Sa peine de prison se vit suspendue par un accord, à travers lequel il s’engage à financer un concert anti-drogue évalué à 250 000 dollars. Et c’est ainsi que se forma la ” Make a difference Fondation “, société parrainant le concert de Moscou, et établie à Raleight, en Californie. Une partie des bénéfices est destinée à la construction de centres de désintoxication en union Soviétique. Doc essaye de faire en sorte que tous les groupes invités aient bien présent à l’esprit les objectifs de la fondation, mais en réalité, ce fut fort différent. Bon Jovi sont un des rares groupes à comprendre le message et l’objectif du concert. Ce sont eux qui jouent le premier rôle dans le festival, non seulement à cause de leurs excellents concerts, mais en raison, aussi de la planification de l’événement. A la suite de la gigantesque tournée de ” New Jersey “, le groupe décide de se prendre des congés mérités. Ils sont complètement crevés, mentalement, émotionnellement et physiquement.” Au cours des sept dernières années, nous avons travaillé selon la formule ” 33 ” tournée, ” 33 ” tournée. Finalement, j’ai eu la possibilité de faire autre chose car je ne souhaitais pas continuer à m’accrocher à la vieille routine de Bon Jovi en enregistrant un autre 33 tours. Il faut avant tout prendre de la distance vis-à-vis de ce business et s’arrêter pour penser tranquillement, afin de revenir plus tard avec quelque chose de nouveau, quelque chose de puissant, bien sûr. Voilà ce que je cherche maintenant “, expliquait Jon au sujet de l’avenir du groupe. Pendant cette longue période, il y eut de fortes rumeurs à propos de la séparation du groupe. Il semble que des différences de points de vue, d’ordre financiers, entre Jon et Richie en soient l’origine. Richie n’est pas d’accord avec le chiffre de son pourcentage. Un autre facteur de divergences repose sur le fait que Jon faisait allusion aux 33 tours comme ” mes 33 tours “, ce qui ne faisait pas plaisir à Richie. Il y a tout de même quelque chose de vrai dans tout cela, et les déclarations de Jon à propos de Richie en sont la preuve : “Dans les deux premiers albums, il ne fit absolument rien, c’est Dave et moi qui avons tout composé. Au bout du troisième album, il a enfin compris ma manière de composer “.Les médias lancent également le bruit d’une séparation définitive, étant donné que Jon et ses acolytes manquaient d’idées pour sortir quelque chose de spécial, comme ils l’avaient toujours proclamé. Heureusement, l’affaire se tassa et la formation de New Jersey resta unie. A cette époque, Dave Bryan compose la musique du film de science-fiction ” The Nether World “. Alec eut un grave accident de moto qui l’empêche de jouer de la basse durant pas mal de temps, et dût même modifier sa façon de prendre l’instrument. Tico Torres en profite pour passer la licence de pilote. ” C’était dur de revenir à la batterie durant les interruptions des shows ” reconnaît-il. ” c’était comme si j’avais mangé trop de poulets et que je ne pouvais plus les encaisser “.

Mais que fait JON pendant ce temps-là ? Cette âme inquiète qui ne peut pas s’arrêter un seul instant. Jon a l’occasion d’enregistrer son premier travail en solitaire. Tout avait commencé, il y a quelques années, lorsque les producteurs de Young Guns, ainsi que Emilio Estevez en personne, le protagoniste du film et un de ses amis intimes, lui proposent d’utiliser ” Wanted dead or alive ” dans la première partie. Mais le morceau ne cadre pas vraiment et c’est pourquoi Jon décida de composer un thème entièrement neuf, avec des paroles allant bien mieux avec le film. La chanson s’appelle ” Blaze of Glory “. ” je me suis dit en moi-même, je vais le faire seul, sans mon groupe et sans prendre l’avion, sans mon manager, et sans mon épouse “.

Jon s’intéressa énormément au projet ; of course et ce qui suppose dans un premier temps écrire une seule chanson débouche sur un album au complet, mais cette fois-ci, inspiré du scénario de ” Young Guns II “. En six semaines seulement, Jon compose toutes les chansons, c’est réellement une véritable injection de moral. Pour tous ceux qui ont pu en douter, ce disque démontre la capacité de composition de Jon, un album de Rock dans son essence la plus pure, avec des chansons en majorité ballades. En 1990, ” Blaze of Glory ” est mis en vente, sous la co-production de Jon Bon Jovi et Danny Kortehmar. Il faut souligner un point important, et c’est que dans son projet solitaire, Jon veut aussi rendre hommage au groupe qui l’a accompagné durant de si nombreuses années. Pour l’enregistrement de ” Young Guns “, Jon s’entoure d’excellents musiciens. Le disque a un énorme succès, à tous les niveaux, ce qui provoqua une recrudescence des rumeurs de séparation du groupe, alors que Jon ne cessa de les démentir : ” Ecoute, moi j’ai jouer avec Jeff Beck, Elton John et d’autres grands musiciens, mais jouer sur scène ou dans un bar avec Richie Sambora, te comble d’avantage qu’avec n’importe quelle autre personne. Durant les huit ans que nous avons navigué en tournées, ce groupe n’a jamais eu un seul problème. ” Jon Bon Jovi – Rip 91.

Jon a l’occasion d’apparaître dans le film ” Young Guns II “, dans un petit rôle de 30 secondes, où Jon s’échappe de la prison alors qu’il est découvert par le shérif qui lui tire dessus, tout cela étant filmé au ralenti. Outre la sortie de son disque en solitaire, Jon trouve le temps nécessaire pour s’initier comme producteur, en produisant un 45 tours pour le duo de Rock tendre, Hall and Gates. Cette première tentative encourage Jon a se lancer dans le monde de la production. Il arrive même à déclarer qu’il coproduirait personnellement le prochain album des Jovi, mais il n’en fut pas ainsi. Au même instant, Richie Sambora veut également prouver au monde qu’il n’est pas uniquement le guitariste de Bon Jovi. Après avoir enregistré une version de ” Wind Cries Mary ” de Jimmy Hendrix pour la bande sonore de ” For Forlaine “, que l’on peut trouver également sur la version japonaise de ” Stranger in this town “, il décide de sortir un disque en solitaire, l’intimiste ” Stranger in this town “, un travail d’une immense importance personnelle pour Richie. Le désir de se réaliser musicalement, de faire les choses à sa façon, donne encore plus de force à son projet. Richie reconnait que jouer les chansons de Bon Jovi des centaines de fois, devant des millions de fans, ne possède plus le même attrait émotionnel qu’au début. Y compris dans ” New Jersey “, la liberté de mouvement de Richie est presque nulle. Avant la sortie du disque, la tournée est déjà programmée, et les vides, d’ailleurs peu nombreux, laissés aux solos de Richie dans les chansons sont plus que minutés : ” il y a davantage de guitare dans les trois premières coupures de ” Stranger in this town ” que dans les deux derniers disques de Bon Jovi “. Richie, HR92. ” Stranger in this town ” sort en décembre 1991. Le disque reçoit un excellent accueil dans la presse mondiale.

Quatre ans déjà que ” New Jersey ” est sorti sur le marché, et à vrai dire, il s’est passé un tas de choses durant ce temps-là : la sortie des disques de Richie et de Jon, la création du label discographique de Jon Bon Jovi appelé Jambco, l’abréviation de Jon, anthony, et Matt Bongiovi. L’heure de la vérité a sonné, et le moment est venu de couper court aux rumeurs de rupture du groupe. Les Bon Jovi 1992 reviennent avec des idées neuves, n’ayant rien à voir avec celles qui firent leur gloire, et leur fortune, au milieu des années 80. Un changement d’image radical, et une autre façon d’appréhender la musique, en vue de toucher un plus large public, dépassant peut-être les limites du heavy metal. Commençons tout d’abord par l’image, l’histoire des jeans et des bottes est laissée de côté, pour faire place à un look plus naturel, plus de la rue. ” Dans le fond, c’était un peu artificiel ” raconte Richie Sambora. Un autre des aspects fondamentaux du changement d’image fut la coupe de cheveux de Jon Bon Jovi. Il s’en explique de la sorte : ” Je me voyais sur les photos de l’intérieur de la pochette du dernier album, et je me suis rendu compte d’un truc. Je me cachais du monde extérieur. La pression et les sollicitudes auprès du groupe me poussaient à me refermer chaque fois davantage sur moi-même, de sorte que je me voyais toujours entouré de cheveux et portant de long et lourds manteaux ” Métal92. Le nouveau travail de Bon Jovi porte le titre ” Keep the Faith” (initialement baptisé ” Revenge “), et est produit par Bob Rock en mars 1992. Bruce Fairbain doit produire le disque dans un premier temps, mais il est entrain de travailler avec Aerosmith, et Bon Jovi ne peut pas attendre, et c’est comme cela qu’ils pensent à Bob Rock, un technicien qui a participé aux deux derniers disques, en tant qu’ingénieur ainsi que derrière la table de mixage.

Ils mettent 6 mois pour enregistrer ce disque. La plus grande partie est réalisée à Los Angeles. ” On n’a jamais mis six mois pour enregistrer un album, et j’espère que cela ne se reproduira plus “, expliquait Jon.

Quand ” Keep the Faith ” est sorti, c’est sur une scène dont le panorama a pas mal changé depuis ” New Jersey “. La situation à Seattle, en 1988, n’est pas vraiment encourageante, en dépit de l’apparition de groupes comme Green River, Mudhoney et les déjà célèbres Nirvana, qui sortent leur album la même année. Mais au cours de ces quatre années, la situation changea complètement ; la musique alternative prend chaque jour plus d’essor, et les canons établis par Bon Jovi ne font pas très bon ménage avec la tournure que prend les nouveaux goûts musicaux.

Revenons à ” Keep the faith “, dont 13 morceaux totalisent 70 minutes de musique. Le disque commence par une profession de foi émouvante, ” I believe “, le premier 45 tours et le morceau d’ouverture des concerts. Trois autres singles sont extraits de l’album : ” I’ll sleep when I’m dead “, ” In these arms ” et ” bed of roses ” (superbe ballade). Un autre des morceaux dignes d’être remarqués est ” Dry County “, une chanson de 10 minutes que Jon effectue à travers les U.S.A., et de sa totale désillusion en ce qui concerne le rêve américain. La pauvreté, la misère et le découragement des gens sont autant de découvertes qui marquent profondément Jon durant tout son voyage. ” On voit la pauvreté de tous côtés. Le disque est destiné à changer tout ça “.

” Keep the Faith ” peut-être considéré comme un album conceptuel, dans le style Bon Jovi le plus pur, bien qu’il ne conserve aucun point commun avec ses prédécesseurs. Il établit de nouvelles formes dxhard mélodiques.

Mike Edwards intervient également dans le disque pour faire un remix d’une chanson. Comme nous l’avons déjà indiquée, la scène musicale a pas mal changé, ce qui préoccupe assez le groupe. Mais en dépit de cela, le disque remporte d’énorme succès sur tous les plans. On a également affirmé que cet album ne propose absolument rien de nouveau, et qu’il se situe, en outre, à un niveau bien inférieur par rapport à des travaux antérieurs. Mais dans le fond, il faut bien reconnaître que les morceaux de ” Keep the Faith ” sont d’une plus grande qualité. La plus grosse surprise se produit dans le domaine des ventes Européennes, le public est extrêmement réceptif au nouvel album. En Allemagne, il se vend deux fois plus que ” Slippery When Wet “. En 1992, Un CD promotionnel intitulé ” Most Requested ” est disponible et distribué pour promouvoir l’album ” Keep The Faith ” mais curieusement ce disque ne contient aucun nouveau titre de ” Keep The Faith “. La seule trace du retour de Bon Jovi est sur la pochette avec le nouveau look du groupe. Un inédit cependant figure sur cette collection de hits : ” Edge Of A Broken Heart ” qui figurait déjà en 1986 en face B du single ” Wanted Dead Or Alive ” extrait de l’album ” Slippery When Wet “. La technicité et l’efficacité du groupe sur scène n’étant plus à démontrer, en 1993, ” Keep The Faith ” est réédité avec un CD Live qui est en fait un mini ” best of ” du groupe sur scène. Il y a, entre autres, le superbe ” I’ll Be There For You ” qui prend une réelle dimension sur scène et des versions live acoustiques plus intimistes de ” Bed Of Roses ” et de ” Never Say Goodbye “. La promotion de KTF ne se fait pas par un traditionnel world tour mais par plusieurs périodes de travail assez courtes avec chacune un titre, une date de début et de fin on est loin des dates marathons des tournées précédentes La tournée est baptisée ” I’ll Sleep When I’m Dead Tour ” Richie confira que ce tour a eu une bonne allure. Le groupe avait 10 jours entre chaque période, ce qui leur permettait de retrouver leur famille, leur maison, leurs amis. Il rajoutera que c’est mieux pour la tête et pour le cur. Le tour commença à Phoenix, Arizona, le 8 octobre 1992. Un mois avant au Astoria, à Londres, 1100 fans privilégiés auront eu la chance d’assister à un concert secret. Jon voyagera avec sa femme Dorothea et sa fille Stephanie Rose, une vraie petite rock’n’roll girl qui depuis l’âge de 3 mois a son propre passeport et un blouson en cuir miniature pour la tournée.

En février 1994, Bon Jovi participe aux Brit Awards à Londres. Deux raisons à la présence du groupe : tout d’abord l’interprétation de ” I’ll Sleep When I’m Dead “, leur single du moment, avec l’ami Aldo Nova (dont Jon a produit le Blood On The Bricks, sorti en 1991) qui remplace au pied levé Dave au clavier celui ci s’étant absenté pour rester auprès de sa femme qui attend des jumeaux et le bassiste Kazim Sultan (Meat Loaf), Alec n’ayant pu se libérer avant. Du moins c’est ainsi que le groupe justifiera son absence. On apprendra plus tard qu’Alec ne souhaitait plus poursuivre l’aventure Bon Jovi. Mais Jon et Richie sont également là pour parler de leur collaboration avec George Martin, légendaire producteur des Beatles avec lequel ils travaillent à l’élaboration d’un album-hommage au compositeur George Gershwin (The Glory of Gershwin –1994). De plus, outre une première apparition cinématographique de 16 secondes dans Young Guns 2, Jon tournera ” Moonlight & Valentino ” avec Whoopi Goldberg où il joue le rôle d’un peintre, puis ” The Leading Man “. Il se verra même offrir de reprendre le rôle de Brandon Lee dans ” The Crow ” mais il refusera, le côté sombre du film correspondant peu à son personnage.

Le 10 octobre 1994, Cross Road initialement baptisait ” Not Bad For 5 Guys from New Jersey ” (pas mal pour 5 gars du New Jersey), le best of de Bon Jovi est disponible, avec une collection impressionnante de hits qui représente une liste idéale d’un concert du groupe Il marque aussi la meilleure réussite de single vendu en 7 ans avec ” Always ” (n°2 en GB, n°5 aux USA) qui est un des inédits de l’album avec ” Someday I’ll Be Saturday Night ” un titre plus acoustique . Always permet au groupe de mieux s’installer sur le marché français et Jon confira ” En France, c’est notre album le plus réussi, d’un strict point de vue commercial. J’ai envie de dire ” Enfin ! “.Après tant d’années, on est finalement arrivé à quelque chose dans ce pays. Franchement on commençait à se poser des questions. Grâce à Always les choses se sont décantées. Peut-être parce que nous l’avons en partie enregistré à Paris – who knows – mais nous savions au fond de nous que ça marcherait un jour, les français sont des amoureux et ils ont bien compris ce titre ” C’est à la même période que nous pouvons découvrir sur MTV, le clip de ” Good Guys Don’t Always Wear White ” , un titre composé par Bon Jovi pour la bande originale de ” The Cowboy Way ” (qui sera disponible plus tard sur la première version édition limitée de ” These Days “).

Bon Jovi est de plus en plus présent et est incontestablement le chouchou de MTV. Il y aura tout d’abord des week-ends entiers consacrés au groupe, avec des clips, des interviews, des représentations publiques qui donneront lieu à la production de la vidéo ” An Evening With Bon Jovi ” où le groupe reprend les classiques qui ont fait leur succès.

Le 12 décembre 1994 sort le single ” Please Come Home For Christmas ” enregistré en 1992 par Jon pour la compilation ” a very special christmas 2 “. C’est une reprise de Charles Brown et le single n’est disponible qu’en Grande Bretagne et tous les bénéfices iront aux Jeux Olympiques pour handicapés dont Jon soutient la cause depuis 1987. Le clip sera d’ailleurs diffusé le jour de Noël 1994 sur MTV. Jon aura la chance de donner un long baiser à Cindy Crawford pour les besoins du clip vidéo. Mais ce n’est pas la première fois que Jon fait ce genre d’action pour les fêtes de fin d’année, car pour le Noël 1982, il a participé au ” Merry Christmas Star Wars ” en chantant ” R2D2, I Wish You A Merry Christmas ” et en 1992 on pouvait retrouver sur le single de ” Keep The Faith ” le titre ” I Wish Everyday Could Be Like Christmas ” dont le vidéo clip est disponible sur ” Keep The Faith – The Videos “.. Cross Road marque un changement et une évolution au sein de Bon Jovi comme le départ du bassiste Alec John Such qui ne participera pas à la promotion de l’album bien que présent sur le clip vidéo d’Always. Jon s’expliquera à ce sujet en disant que faire partie de Bon Jovi n’est pas une sentence à vie, le groupe n’est pas une prison, mais le départ d’Alec sera clairement quelque chose qu’il regrette.

En 1995, Dorothea donne à Jon un fil : Jesse James. Dave et sa femme ont des jumeauxSon fidèle Lieutenant et partenaire d’écriture, le guitariste Richie Sambora, trouve une compagne idéale : l’actrice Heather Locklear (Melrose Place) qu’il épouse à l’église américaine de Paris.

Tico annonce son engagement auprès du top modèle Eva Herzigova et il développe une carrière d’artiste peintre en exposant ses uvres des deux côtés de l’atlantique.

Histoire de se mettre en jambes avant d’entrer en studio, les musiciens donnent comme chaque année une série de concerts de charité qui passent par Montréal, le Massachusetts, la Pennsylvanie, la Georgie et le New Jersey. Ils apparaîtront même à l’affiche du ” Z100 Acoustic Christmas Charity Concert ” au Madison Square Garden avec une série de nouveaux groupes à la mode – Hole, Weezer, Green Day et quelques autres. Une surprise pour les fans qui ne retrouve plus Alec à la Basse mais Hugh Mc Donald – celui là même qui participa à l’enregistrement de Runaway en 1982. C’est l’esprit serein que Jon et Richie abordent la composition du nouvel album en écrivant pas moins de 40 chansons. Produit par Peter Collins, ” These Days ” qui portait le nom de travail d’ ” Open All Night ” sort le 19 juin 1995 et entérine la nouvelle direction musicale du groupe. Bon Jovi devient plus ” humain “, c’est l’album du changement, un album attendu par tous. Des hits imparables, comme le premier single ” This ain’t a love song ” avec un clip vidéo magnifique. Le côté hard du groupe est mis un peu de côtés en offrant un album plus rock, il nécessite cependant plus d’écoute pour l’apprécier à sa juste valeur. C’est cependant difficile de faire mieux en terme de qualité, il est tout simplement excellent !. Bon Jovi est plus mature, des compositions efficaces et une multitude de hits tels ” Something for the pain “, ” Lie to me “, ” These Days ” et ” Hey God ” qui permettront au groupe de rester dans les charts de single l’année suivant la sortie de l’album. L’album sortira en plusieurs versions l’Europe ayant toujours la chance d’avoir un titre suplémentaire par rapport à la version américaine. Lors de la sortie de ” These Days “, une version double CD édition limitée est disponible avec une version live de ” Always ” et le titre ” Good Guys Don’t Always Wear White ” ou ” Prostitute ” entre autres. Bon Jovi est connu pour ses tournés marathons, son professionnalisme sur scène et en juin 1995 le groupe donnera un de ces plus beaux concerts de la tournée ” These Days ” à Wembley. Le groupe s’y produit 3 soirs de suite et le Wembley Stadium est bourré à craquer. En guise de ” very special guests ” il y aura Crown Of Thorns (le groupe de Hard FM de Jean Beauvoir) et Van Halen. Pour l’occasion, Bob Geldof montera sur scène avec Jon pour chanter en duo ” I don’t like mondays ” pour le 10ième anniversaire du Live Aid et sera diffusé live sur la radio BBC 1. Une vidéo intitulée ” Live From London ” voit le jour mais malheureusement sans le duo. Ce dernier figurant sur la réédition édition limitée de ” These Days ” en 1996, la deuxième version limitée de l’album qui comporte des titres comme ” Fields Of Fire “, ” I Thank You “, ” Mrs Robinson ” de Simon & Garfunkel, et ” Heaven Help Us ” interprété par Richie Sambora entre autres, Dave & Tico figurant en tant qu’interprètes pour la première fois sur un disque de Bon Jovi. Dès l’annonce de la première date en début d’année, les places se sont arraché en moins de 24 heures, preuve que si les USA boudent un peu leurs héros d’hier, l’Angleterre et le Vieux Continent ne les ont pas oubliés, au contraire. Jon et le groupe se rendent ensuite en Allemagne où ils assurent la tête d’affiche de l’éclectique festival ” Rock-Im-Park ” puis du ” Rock-Am-Ring “où se produisent entre autres, Van Halen et Ugly Kid Joe MTV rediffusera le ” Rock-Am-Ring “, Bon Jovi étant toujours leur chouchou .

Le 30 juin et le 1er Juillet, Bon Jovi assurera la première partie des Rolling Stones à l’Hippodrome de Longchamp. Un moment fort dans la vie des musiciens, ivres de fierté de fouler les mêmes planches que les légendes anglaisesil faudra cependant attendre le 3 juillet 1996 pour pouvoir apprécier un concert du groupe en bonne et due forme à Bercy, même si les gars du New Jersey ont donné un petit avant-goût en se produisant au printemps à ” Taratata ” et en démontrant, si besoin en était encore, que sur un plateau télé, dans un stade ou une arène, Bon Jovi est un authentique groupe de scène.

1997, un break pour Bon Jovi, le groupe, mais pas pour Jon qui sort son deuxième effort solo ” Destination Anywhere “. Ce nouvel album est très différent du style Bon Jovi, même de celui de ” Young Guns 2 – Blaze Of Glory “. Il est plus expérimental. Dave Stewart (Eurythmics) participera à l’élaboration de cet album plus personnel pour Jon. Un film inspiré de l’album sortira sous le même nom avec notamment Demi Moore dans le rôle de Jani. La vidéo est disponible en France après quelque temps de diffusion sur MTV et de concerts intimistes aux USA pour promouvoir l’album. Nous retiendrons le single ” Midnight In Chelsea ” qui se classera fort bien dans les charts de single bien que Jon tout seul passe plus ” inaperçu ” qu’avec son groupe. Le week-end du 16 et 17 Août 1997, MTV le consacrera à Jon. Il y a une multitude de clips diffusés de Bon Jovi et on découvre des titres comme ” It’s Just Me ” interprété par Jon en live acoustique. Nous aurons aussi la chance de visionner un live de Jon pour promouvoir l’album.

En 1998, Richie Sambora est de retour avec, lui aussi, son deuxième album solo, ” Undiscovered Soul “. Un album plus mature pour Richie et non plus démonstratif comme l’était ” Stranger In This Town “. ” Stranger in this town ” était un moyen pour Richie de montrer qu’il pouvait exister sans Bon Jovi, ” Undiscoverd Soul ” a été pensé dans une autre optique, le chanteur-guitariste a juste cherché à ce faire plaisir. Le seul titre qui se rapproche le plus de ” Stranger ” est ” Downside Of Love “, un des meilleurs titres de l’album avec le très beau ” In it for love “. Un album rempli de sensibilité, d’expression.

Ces deux efforts en solo confirment bien les talents respectifs des deux compositeurs de Bon Jovi . Maintenant il est évident que Bon Jovi suit un chemin différent, il n’est plus question de Hard Rock ou de Hard FM il est question de qualité et de feeling. Jon confira qu’un bon disque n’est pas forcément un disque ou il sera obligé de hurler comme dans les années 80. Maintenant nous allons avoir droit au nouveau Bon Jovi, le Bon Jovi du nouveau millénaire.

Le projet de produire un enregistrement live du groupe est encore abandonné, ce projet traîne depuis la fin de la tournée de ” These Days ” et nous n’aurons pas la chance de retrouver dans les bacs un live de Bon Jovi, pourtant un exercice dans lequel le groupe excelle.

L’année, 1999 est calme, plus de traces du groupe, ou presque. C’était sans compter sur la ténacité et le talent des Guys. Dans le courant de l’année, BJ fait reparler de lui avec un titre figurant sur la bande originale de EDtv. Le single ” Real Life ” est enfin disponible et le groupe commence à faire reparler de lui en occupant le terrain musical intelligemment. Le beau Jon continue sa carrière cinématographique, un film est annoncé ” U571 “. C’est aussi l’époque où nous apprenons qu’un nouvel album intitulé ” Crush ” (initialement baptisé ” Sex Sells “) est programmé. Et courant de l’année 2000, un titre matraque les ondes et fait son entrée sur MTV, ” It’s My Life ” est de suite classé dans les meilleures places des charts européens et n’est pas sans rappeler le fameux ” Livin’ On A Prayer ” laissant présager un retour aux sources tant attendu par les nombreux fans du groupe. En France, l’album est très bien accueilli. Sa sortie le 30 Mai 2000 ravie les fans du combo qui peuvent découvrir la qualité du nouvel album (aujourd’hui nous savons que l’album des Guys a fait autant de ventes que le nouveau Iron Maiden ” Brave New World “). Le single se classe dans le top 20 des meilleures ventes en France et est accompagné de l’inédit ” Hush ” , une version Anglaise est disponible avec deux titres inédits ” I Don’t Want To Live Forever ” et ” Temptation “. Au Japon, l’album est disponible déjà depuis plusieurs semaines avec un titre bonus : ” Neurotica “. ” Crush ” est le premier album que le groupe enregistre du début à la fin dans le New Jersey au ” Sanctuary Sound “, le studio de Jon. L’album a été produit par Luke Ebbin (il s’est aussi occupé notamment des arrangements de la section cordes) en collaboration avec Jon et Richie. ” Crush ” est l’album du renouveau, le nouveau Bon Jovi. Le premier album des années 2000, avec un nouveau son, un nouveau look mais toujours du Bon Jovi. Une tournée gigantesque vient de démarrer et le groupe n’a pas fini de faire parler de lui .

Alors que l’album Crush continu son ascension dans les charts de tous les pays, un deuxième single est disponible courant du mois de septembre : ” Say It Isn’t So ” avec de nouvelles faces b tirées des sessions d’enregistrement de l’album. On retrouvera notamment des titres démo tels que ” Stay “, ” Welcome to the good times “, ” Ain’t no cure for love “, ” Ordinary people “, etc … suivant la provenance des pressages. Malheureusement ce single ne sera pas disponible dans l’hexagone mais on se consolera avec la sortie en salle du film tant attendu : ” U-571 “.

BON JOVI multiplie les représentations avec la mesure et le professionnalisme que nous leur connaissons. D’ailleurs une diffusion TV du concert de Zurich sur une chaîne allemande les 27 et 28 octobre nous laisse entrevoir l’efficacité des shows et le mariage très réussi des anciennes compositions et celles issues de Crush.

A partir de cette période de l’année on peut vraiment parler de retour des ” Guys From New Jersey ” tellement l’information et l’actualité du combo est riche.

Au mois de décembre alors que nous apprenons que les Bon Jovi remportent un award aux VH-1 music awards, ils sont également nominés dans la catégorie meilleur groupe international pour les NRJ music awards.

Ensuite une trace vidéo de la tournée Crush est immortalisée et un DVD ainsi qu’une VHS sont disponibles. Le ” Crush Tour 2000 ” est la première vidéo live officielle depuis le ” Live From London ” de 1995 et les fans désespéraient de les revoir.

Puis enfin le troisième single extrait de Crush est disponible : ” Thank You For Loving Me “, mais toujours en import avec des titres inédits issus de représentations au China Club, de lives enregistrés pendant le Crush tour. On y retrouve la version de ” Runaway 2000 ” entre autres.

On peut dire que l’année 2000 combla les espérances des fans de BON JOVI. Un seul bémol, les français n’étaient pas sur la liste des visites et la deuxième jambe du tour était annoncée mais malheureusement le ” One Wild Night Tour 2001 ” ne passe pas encore, à ce moment là, par chez nous.

Cette année 2001 est une année de surprise pour les fans, de bonnes surprises.

Tout d’abord les Guys sont nominés aux Grammy Awards pour “it’s my life” et “Crush” dans la catégorie ROCK, pour le 43e gala annuel, qui auront lieu le 21 février à la salle omnisports Staples. Bien qu’ils n’aient remporté aucune distinction, force est d’avouer que BON JOVI est devenu ” inévitable “. Sur MTV Allemagne ” Thank You For Loving Me ” est toujours classé dans le top 20.

Jon, en attendant le début du ” OWN tour 2001 “, continu de s’investir dans une carrière cinématographique assez remarquable et s’est vu confier le rôle principal dans un film de John Carpenter ” Vampires : Los Muertos ” dont le tournage a commencé à Mexico.

Le 14 Février, pour le Valentine’s Day, une compilation des 5 plus belles chansons d’amour de BJ est radio-diffusée aux Etats Unis avec notamment ” Thank You For Loving Me “, ” Never Say Goodbye ” , ce collector est intitulé ” The Love Songs “.

Bon Jovi est de plus en plus présent et une annonce est faite qui fait l’effet d’une bombe chez les fans français : Le ” One Wild Night tour 2001 ” passera par Paris – Bercy le 19 juin 2001.

Le 28 février, Jon Bon Jovi est à l’affiche avec “Un Monde Meilleur” où Helen Hunt (Twister) tient le rôle principal et où il fait une apparition. Un nouveau CD sort au mois de mars, au Japon : ” Tokyo Road – The Best Of ” regroupe les meilleurs titres du groupe allant de leur tout premier album à Crush et est agrémenté d’une nouvelle version de ” One Wild Night”.

Comme si cela ne suffisait pas pour combler de bonheur le moindre fan, on apprend qu’un album live serait disponible au mois de mai. Le 14 mai, le premier album Live des Guys est donc disponible dans les bacs, et s’intitule ” One Wild Night Live 85-01″ et est accompagné par la sortie single de cette nouvelle version de “One Wild Night”.

Il est vrai que nos Guys excellent sur scène, et une prestation scénique est inoubliable, c’est certainement une des raisons qui ” pousse ” à la réalisation de support comme celui-ci. D’ailleurs, il existe un double pressage japonais regroupant la première version de Crush disponible au pays du soleil levant (avec le titre ” Neurotica ” en bonus track) et quelques titres extraits du live à Osaka avec notamment ” Rockin’ In The Free World ” (présent également sur l’album Live des Guys), ” Just Older ” etc .

La scène musicale ayant évoluée, la façon de la percevoir également, les supports Internet de nos Guys mutent quelque peu. Richie, s’étant lancé lui aussi dans l’aventure Internet, annonce pendant un Chat que BON JOVI retournera en studio après la tournée pour nous offrir un nouvel album car ils ont énormément de nouvelles chansons.

Parallèlement à ça est annoncée la sortie d’un CD anniversaire pour fêter la vingtième année d’existence du groupe regroupant des nouvelles chansons et des faces b.

Le 19 juin à Paris Bercy, BON JOVI met le feu pendant plus de 2h de concert. Cet unique concert est l’occasion de faire la connaissance de beaucoup de fans français. Preuve que les Guys sont appréciés en France. La tournée de OWN se termine par deux majestueux concert dans le New Jersey au Giant Stadium.

L’annonce du début de la composition du prochain album est faite en fin d’été. Cet album devrait sortir en Automne 2002, aux dernières nouvelles.

Richie commence peut-être une carrière d’acteur avec ses débuts dans “On the line”. Quant à Jon, il est choisit pour au rôle dans la série Ally McBeal. Il doit tourner 9 épisodes, et avoir le rôle du petit ami d’Ally.

Les attentats du 11 sept ont infiniment touchés les guys qui participent à plusieurs spectacle en vue de récupérer de l’argent pour les victimes et les familles. Jon va jusqu’à demander au producteur d’Ally de repouser le début du tournage d’un mois. Le mois d’octobre 2001 est ainsi totalement consacré aux oeuvres humanitaires.

Le 25 Sept, nous sommes quatre à participer à une émission spéciale sur le groupe. Nous avons enfin la possibilité de parler de notre passion. Aujourd’hui, l’idée de créer un fan club français est lancé par une pétition.

L’année 2002 commence par l’annonce d’un troisième enfant pour Jon et Dorothéa. Le groupe reçoit au MTV Asia Award, la récompense pour le meilleur groupe de rock. Jon et Richie participe en février à la cérémonie de cloture des JO d’hiver de Salt Lake City.

Jon continue de tourné les 9 épisodes d’Ally Mac Beal et refuse de faire parti définitivement du casting. Le producteur lui propose d’épouser Ally. Après son refus et d’autres problèmes d’audience, la série se terminera après la fin de cette 5e saison.

Jon et Richie participent au concert “A tribute to Billy Joel” le 25 février et à la cérémonie d’hommage à Willie Nelson le 14 avril. Ils soutiennent l’association d’Elton john contre le Sida en participant à la cérémonie annuelle.

Richie fait de la pub pour les voitures de prestiges “Lincoln”. Pendant ce temps, le prochain album du groupe prévu pour septembre / octobre est en cour d’enregistrement dans le studio perso de Jon. Il s’appelle BOUNCE et le premier single “Everyday” sortira en aout partout dans le monde. L’ensemble des fans peut suivre leur travail grâce aux séquences vidéos visibles sur le site officiel.

Cet album sort le 11 septembre au Japon et le 23 dans le reste du monde ! Le premier single extrait est Everyday. Le clip est tourné au Nouveau Mexique dans le désert de Chihuahua, à 60 kilomètres à l’ouest de Socorro, le 07 juillet ! Une tournée est annoncée au quatre coins de la planète depuis fin 2002 à mi 2003 !

La promotion de BOUNCE prend de l’ampleur.

Bon Jovi participe à une grande fête extérieure, à Time Square, à New York, pour souligner l’ouverture de la saison 2002-2003 de football de la NFL, le 5 septembre.

Un concert à Londre est organisé dans la salle du “SHEPHERDS BUSH EMPIRE ” le 19 septembre. Le concert a été retransmis dans de nombreux pays par webcast !

La video de “Misunderstood” (deuxième single) est filmée le lundi 21 Octobre à New York dont une partie live avec des fans inscris par téléphone. Un peu comme ‘It’s My Life” !

L’année 2003 commence fort avec une tournée intensive au Japon suivi du contiment Américain. L’Europe est prévue pour mai – juin ! Malheureusement, aucun passage en France n’est prévu.

Le troisième single extrait de l’album BOUNCE est “All about loving you”. Le clip est tourné à New York, sous la neige, courant février. Le scénario est la suite du clip “Misunderstood”. Ce single se classe quelques semaine dans les charts internationnaux mais n’a pas le succès de ballade comme Always ou Bed of roses !

La tournée Américaine est impressionnante et elle se termine par deux concerts aus Giant Stadium !

Comme à leur habitude, les BON JOVI participent à des oeuvres humanitaires comme le “Hope concert” avec Bruce Springteen ou lors de la soirée du “Tiger Jam”. Aux Nordoff Robbins Silver Clef Awards 2003, le band obtient le prix international.

Après quelques semaines de repos, Jon et Richie annoncent officiellement leur achat d’une équipe de football de Philadelphie les “SOUL”. Dave est aussi à l’honneur lors de la première de la comédie musicale “Memphis” qu’il a coécrit. Enfin, Jon et Dorothéa vont être parents pour la 4 ème fois !

L’opus “accoustique” intitulé “The Left Feels Right” sort en novembre. Il contient les plus grands hits du groupe retravaillé pour l’occasion. Suite à cette sortie, il n’y a pas de tournée de prévue. En revanche, mi-novembre les Guys enregistrent , lors de deux concerts, un DVD live accoustique qui sort le 09 février 2004 !

Le premier fait marquant de 2004 est la naissance du premier enfant de Tico et de Alejandra. Il s’appelle Hector Alexander.
Le DVD acoustique de “the left feels right” sort le 09 février. Il est composé de 2 DVD pour la version limitée !

Jon Bon Jovi poursuit son incursion dans l’univers du cinéma en prenant part, dès le mois de mars, au tournage de National Lampoon’s The Trouble with Frank, une comédie axée sur les déboires d’un simple d’esprit convaincu d’avoir frappé le gros lot. Et le 29 mars, son quatrième enfant voit le jour. il s’appelle Roméo !

Jon participe, le 24 avril, au Gala de Charité “Entertainment Industry Foundation’s Colon Cancer Benefit” qui a lieu sur le Queen Mary 2, le 07 juin au “Four Seasons of Hope ” et le 10 juin, il aide l’association “The Career Wardrobe” …

2004 est l’année de la réélection du président de la république américaine, aussi Jon soutient activement le candidat démocrate “John Kerry”. Il joue plusieurs concerts tout au long de la campagne et ce jusqu’à la dernière nuit des élections ! De même, cette année, le groupe fête ses 20 ans de carrières et ils gâtent les fans avec la sortie en novembre de leur premier coffret Box de 4 cd + 1 DVD “100 MILLION BON JOVI FANS CAN’T BE WRONG”.

Le début de l’année 2005 annonce un nouvel album pour l’automne.
Le HD DVD “This Left Feels Right” reçoit un award à LAS VEGAS. Le 17 janvier, les Guys jouent lors du PEP RALLY ! Ils interprêtent les chansons suivantes : “You Give Love A Bad Name, Livin’ On A Prayer, It’s My Life, Wanted Dead or Alive, Runaway, The Radio Saved My Life Tonight, I’ll Sleep When I Am Dead, Bad Medicine, Shout”.
Tico a été “l’organisateur” de deux journées de charité les 30 et 31 janvier en Floride au Boca Lago Country Club pour l’association “The Children’s Place at Home Safe”. Lors de ces deux jours, il y a eu un diner de charité avec de nombreuses célébrités et le 31 un tournoi de golf et tennis. L’association aide les enfants mal traités, abandonnés ou atteints du virus du Sida! Lors du dinner de gala, Tico a reçu le “Golden Drumsticks Award” qui récompence une célébrité pour services rendus aux enfants …

Vingt ans après le gigantesque concert pop humanitaire “Live Aid” contre la famine en Afrique, Bob Geldof vient d’annoncer l’organisation le 2 juillet prochain de “Live 8 – La longue marche vers la justice”, une série de cinq concerts géants et gratuits, donnés depuis Londres, Paris, Berlin, Rome et Philadelphie. Les BON JOVI sont présents au concert de Philadelphie où ils jouent : Livin’on a prayer, Have a nice day et It’s my life !

Le prochain album s’appelle : HAVE A NICE DAY ! La vidéo du single “Have a nice day” est tournée en public le 8 juillet à New York. Le premier single est écrit et produit par Jon Bon Jovi, Richie Sambora et John Shanks. La chanson a été mixée par Jeremy Wheatley. L’album sort le 19 septembre en France !

Pour la première fois en France, la collaboration des fans est demandée pour la promotion de l’album. L’idée étant de montrer au groupe l’implication des fans Français … un site internet a été mis en place pour le label Mercury : www.haveaniceday.tv ! Sur ce site, les fans postent leur photo de JOE V, le petit smiley rouge de l’album, dans des situations inattendues ! Une grande distribution de stickers a été mise en place.

L’album s’est très bien vendu partour dans le monde. En France, sa meilleure position a été la 14ème place !

Le “Have a nice day” Tour commence le 2 novembre 2005 aux Etats Unis. Les ventes dépassent toutes les espérances. Aussi beaucoup de villes Américaines ont droit à deux dates …

Le début de l’année 2006 annonce la suite de la tournée sur le continent américain jusqu’au mois d’avril. La partie Japonaise et Européenne s’annonce excellente ! Beaucoup de dates sont complètes et une deuxième date a été programmée pour le stade de Wembley ! Cette date devrait conclure cette longue tournée !

Le deuxième single extrait de “Have a nice day”, sorti aux States est “Who Says You Can’t Go Home” en duo avec Jennifer Nettles. Pour l’Europe c’est “Welcome to wherever you” !

Cette année semblait bien commencer mais courant février Heather Locklear demande le divorce. Elle va mettre fin à 11 ans de mariage avec Richie. Celui ci semble très affecté !

Malgrès cette mauvaise nouvelle, la tournée fait carton plein aux States puis en Europe. Il n’y a pas de dates en France, ni en Espagne, ni en Italie, mais plusieurs en Allemagne. Le groupe NickelBack réalise la première partie. Le 3 Février, le groupe est intronisé au Mohegan Sun’s Walk Of Fame pour honoré leur carrière.

La vidéo du single “WHO SAYS YOU CAN’T GO HOME”, le duo Jon et Jennifer NETTLES, reçoit l’award “COLLABORATIVE VIDEO OF THE YEAR” au Country Music Award qui a eu lieu le 10 avril à Nashville.  Jon et Richie commence l’écriture d’un album de type Country prévu pour 2007.

La tournée qui se termine a très bien marché puisqu’elle fait partie des cinq qui ont le plus rapportées !